Jacques Derrida, Geschlecht III: Sexe, race, nation, humanité – Seuil, 2018

139376_couverture_Hres_0Jacques Derrida, Geschlecht III: Sexe, race, nation, humanité 

The third, and previously unpublished, text in Derrida’s series of discussions of Heidegger is coming out with Seuil in October 2018. I’m not quite sure how an essay has become a whole book.

Geschlecht : ce mot allemand, qui a donné son titre générique à une série de quatre études consacrées par Jacques Derrida à la philosophie de Martin Heidegger, est proprement intraduisible en français. C’est que le mot a partie liée tout à la fois avec « sexe », « race », « nation », « humanité ». Or, telles sont bien les catégories que Derrida entend explorer dans l’œuvre de Heidegger.

Dans ce troisième volume de la série, c’est avant tout la dimension politico-sexuelle et la notion de patrie qui sont au cœur de l’enquête. Occasion, pour Derrida, de penser une sexualité plus radicale que la binaire, occasion aussi pour lui de dénoncer un nationalisme de nature troublante chez Heidegger – une approche pour le moins ambiguë par rapport à celle du nazisme dont elle prétend pourtant s’écarter.

Cette édition donne à lire une étude qui paraissait perdue à jamais. L’équipe de chercheurs qui en a établi le texte fait donc œuvre intellectuelle et éditoriale majeure.

Ce volume III prend désormais place dans la série des Geschlecht : I. Différence sexuelle, différence ontologique (in Psyché, Inventions de l’autre, Galilée, 1987) ; II. La Main de Heidegger (ibid.) ; IV. L’Oreille de Heidegger : philopolémologie (in Politiques de l’amitié, Galilée, 1994).

Édition établie par Geoffrey Bennington, Katie Chenoweth et Rodrigo Therezo.

Préface par Rodrigo Therezo.

I’ve previously mentioned a conference on this text – Reading Derrida’s Geschlecht III: Responses to an Archival Discovery, Princeton, Oct 12-13 2018, and David Farrell Krell’s Phantoms of the Other: Four Generations of Derrida’s Geschlecht (Albany: State University of New York, 2015) which is an excellent study of this series (my review is here).

Advertisements
This entry was posted in David Farrell Krell, Jacques Derrida, Martin Heidegger, Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s