Emanuel Clairizio, Robert Poma and Michel Spanò (eds.), Milieu, mi-lieu, milieux – Éditions Mimesis, 2020

Emanuel Clairizio, Robert Poma and Michel Spanò (eds.), Milieu, mi-lieu, milieux – Éditions Mimesis, 2020

Georges Canguilhem af­firmait que la notion de milieu s’était constituée « comme catégorie de la pensée contemporaine ». En effet, depuis que la biologie de Lamarck a établi le postulat de l’influence des milieux de vie dans l’évolution des espèces zoologiques et que le positivisme a repris à son compte cette notion en guise de charnière entre le biologique et le social, elle a trouvé nombre d’applications dans les domaines les plus disparates, de la technologie à la biologie, de l’ethnologie aux sciences politiques, jusqu’à l’esthétique et au droit. Cet ouvrage se propose de repérer la convergence praxéologique de ces regards très divers, faisant du milieu l’enjeu d’une ethnographie des médiations. Il s’agit de penser l’espace de l’action comme un espace toujours relationnel, et l’action comme étant toujours une interaction. Ainsi le milieu apparaît-il à la fois comme le lieu de toute relation à autrui (lieu interstitiel : mi-lieu) et un espace doté de ses normativités propres, par principe multiples : les milieux.

This entry was posted in Georges Canguilhem, Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s